Power BI formation : exploiter intelligemment vos données d’entreprise

L’analyse de données est indispensable pour toute entreprise, à condition que les bases soient bien exploitables. En plus de fournir des informations pratiques en tout temps, ces analyses permettront de prendre des décisions stratégiques : c’est dire leur importance au sein d’une société ! Pour que cette puissance puisse être utilisée, il est nécessaire d’avoir les bonnes compétences techniques. Il est nécessaire de disposer d’un Data Analyst performant, capable de lire et transmettre les résultats des travaux avec les différents intervenants, mais également d’une architecture stable, logique et optimisée permettant l’extraction de données pertinentes. Le Power BI offre un support de business intelligence qui vient compléter les compétences de l’analyste de données.

Power BI, c’est quoi ?

Power BI se présente comme la meilleure solution de Business Intelligence. Le programme développé par Microsoft permet aux professionnels de la data de condenser les informations, de les analyser, puis de les visualiser. Ces données proviennent en général de sources variées et permettent de visualiser des informations cruciales au même endroit.

Plus qu’une simple solution de visualisation, Power BI demande de la maîtrise. Dataconnection offre un support pratique aux Data Analysts et forme vos équipes internes à l’outil de Microsoft. Ce qui leur permettra d’établir des analyses et des rapports détaillés pour assurer la croissance de l’activité de toute entreprise. Ces résultats contribueront à l’augmentation du chiffre d’affaires, tout en laissant une place à la créativité. L’outil Power BI facilite le stockage de données retenues sur des sites physiques et le Cloud et donne aussi bien accès à des fichiers qu’à des services web ou d’anciens comptes-rendus. La disponibilité de la fonction Gateways permet également de connecter ces données en SQL, ainsi que d’utiliser Microsoft Analysis Services.

 données d'entreprise

Augmenter la qualité et la fiabilité des données

La formation Power BI donne la possibilité de mieux visualiser et comprendre les informations affichées. Le programme a pour objectif d’améliorer automatiquement la Data Quality. Il permet aussi de résoudre les problématiques pouvant être liées aux différents formats d’exportation. La première version du logiciel retenait une vingtaine de visuels. La taille de la communauté d’utilisateurs, ainsi que leur implication dans le développement de l’outil, ont permis de mettre à jour une multitude de prototypes customisés. Ces derniers permettent de créer des rapports bien plus pertinents, et des tableaux de bord présentant la globalité de votre activité.

Les mises à jour se font en temps réel, et donnent à l’ensemble des utilisateurs accès aux dernières versions. S’il n’est pas obligatoire d’avoir des compétences techniques pour lire ou utiliser les données d’une entreprise, leur bonne exploitation n’est accessible qu’aux personnes maîtrisant véritablement le logiciel Power BI. Cet outil donne en quelques clics toutes les informations dont vous pourrez avoir besoin. Le programme offre plus que des graphiques détaillés : il peut être utilisé comme un moteur de recherche de données dont les résultats seront définis par une sémantique personnalisée.

Se former à l’outil de Microsoft et participer à une formation Power BI

Il est possible pour vos équipes de Data Analysts de demander une formation Microsoft. En devenant experts Power BI, ils pourront améliorer leur maîtrise de l’outil, optimiser votre infrastructure et en tirer des résultats encore plus fiables et plus précis, que vous pourrez employer dans vos stratégies à venir. Disposer de ressources humaines très qualifiées, expertes dans leur domaine, c’est vous assurer d’exploiter la puissance de vos données pour analyser, prédire et rentabiliser vos actions.

Tout savoir sur la domiciliation commerciale

Tout savoir sur la domiciliation commerciale

Les grandes entreprises progressent grâce à certaines astuces peu connues. Le fait est que pour grandir ou se développer dans les milieux les plus huppés, il faut rester du moins sensiblement dans ces milieux. C’est à ce titre que pour se donner plus de crédit, certaines entreprises se tournent vers la domiciliation commerciale. C’est une solution parmi tant d’autres qui ouvre les portes vers l’éclosion de tous les paramètres de l’entreprise. C’est à juste titre que vous pourrez retrouver des locaux d’entreprise dans une ville, peu importe que le siège social ait changé. La domiciliation commerciale a donc ses avantages suivant son fonctionnement.

(suite…)

Tout savoir sur la domiciliation commerciale

Les grandes entreprises progressent grâce à certaines astuces peu connues. Le fait est que pour grandir ou se développer dans les milieux les plus huppés, il faut rester du moins sensiblement dans ces milieux. C’est à ce titre que pour se donner plus de crédit, certaines entreprises se tournent vers la domiciliation commerciale. C’est une solution parmi tant d’autres qui ouvre les portes vers l’éclosion de tous les paramètres de l’entreprise. C’est à juste titre que vous pourrez retrouver des locaux d’entreprise dans une ville, peu importe que le siège social ait changé. La domiciliation commerciale a donc ses avantages suivant son fonctionnement.

Présentation de la domiciliation commerciale

Habituellement, il est difficile pour une entreprise de trouver certains contrats si elle n’est pas au cœur de la ville, en plein centre-ville. Certaines sociétés refusent de prendre des prestataires d’une entreprise sous prétexte que le cadre indiqué par l’entreprise ne correspond pas à leurs exigences de haut niveau. C’est ce qui fait que les chefs d’entreprise pensent à domicilier leur entreprise.

Cela donne confiance à l’investisseur. Ce dernier se sent à sa place et suppose que l’entreprise a les moyens pour traiter avec lui. La domiciliation est donc le fait de trouver d’autres adresses par le biais d’une société bien située, spécialiste du domaine, pour loger ses documents et travailler à proximité des potentiels clients.

C’est dire que si vous êtes par exemple au fin fond d‘une province campagnarde, vous avez la possibilité de marquer comme adresse sur vos documents officiels une adresse en ville. Il est même possible que vous ayez des locaux pour vos réunions avec vos meilleurs clients ou les plus exigeants dans une ville autre que celle du siège social.

Fonctionnement de la domiciliation commerciale

À partir du moment où vous signez un contrat avec la société de domiciliation commerciale, vous êtes tenu de lui faire un rapport de tous les changements connus au sein de l’entreprise. Cette société tient lieu juste de vitrine de votre entreprise ou de votre société.

Concrètement, vous êtes logé loin dans une zone un peu reculée ou pas assez proche de vos clients favoris. Alors, pour les tenir longtemps dans les nasses de votre filet, vous vous délocalisez officiellement grâce à une société de domiciliation d’entreprise. Cela implique que, peu importe où vous êtes, vos courriers parviennent à cette adresse. Vous y avez même des espaces de stockage des données, qui concernent votre entreprise.

Cela vous aide alors à ne pas trainer les papiers importants sur vous tout le temps. Dès qu’une urgence de séance ou de rencontre intervient, des salles de réunion ou de conférence vous sont fournies par la société. Cette dernière se charge d’être une sorte d’annexe ou de base principale sur laquelle vous centralisez toutes les activités.

C’est en cela que la productivité est meilleure. Vous avez la possibilité de faire toutes vos actions en prenant pour appui votre nouvelle base. Peu importe que vous déménagiez ou qu’un souci survienne au niveau du siège social, l’essentiel est que l’entreprise se trouve en lieu sûr.

Domiciliation d’entreprise : lieux indiqués

La domiciliation commerciale n’est pas toujours en lien avec des sociétés prestataires. Vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous. Tout dépend de la façon dont vous comptez sur l’entreprise ou de votre facilité à gérer les relations avec votre propriétaire ou le collectif des propriétaires.

Chez vous

Pour commencer, le premier endroit où vous pourriez procéder à de la domiciliation d’entreprise est votre propre résidence personnelle. Cela vous incite à prendre les précautions idoines afin de recevoir tous vos documents directement. Vous meublez l’intérieur comme pour recevoir en tout temps de hautes personnalités pour discuter de faits professionnels.

Votre vie privée en est affectée et vous n’avez pas la possibilité de vous reposer pour de vrai. Vous vivez et vous respirez boulot. En cas de changement de domicile, cela risque de devenir plus compliqué. Les papiers sont alors à mettre à jour à tous les niveaux, des autorités à tous vos partenaires en passant par les clients. Vous êtes tenu à ce stade d’informer votre propriétaire de vos activités. Il est en droit de donner ou pas son accord.

Dans une société de domiciliation

C’est la bonne alternative. Grâce à ce procédé, tout ce dont vous avez besoin, même en déplacement, c’est juste votre mallette pour les documents. C’est aussi simple de gérer les affaires, d’avoir des réunions et aussi de livrer des documents ou d’en recevoir. Rien ne change. C’est comme si la société vous servait d’écran. Vous profitez de son espace et de sa renommée du point de vue géographique. Cela va dans votre intérêt.

Coût de la domiciliation commerciale

Lorsque vous envisagez de domicilier votre entreprise, il y un premier élément à prendre en compte : c’est la qualité du service que vous exigez. Tout n’est pas qu’une question de contrat. Dès lors qu’un document vous lie à votre société de domiciliation, vous avez des obligations vis-à-vis d’elle, et elle vis-à-vis de vous. Plus la qualité est élevée, plus le coût pèsera. En d’autres termes, il va falloir débourser d’importantes sommes pour avoir la bonne qualité.

Prenez en compte :

  • la variété des services offerts ;
  • la sécurisation de vos biens ;
  • la position géographique ;
  • la référence de l’entreprise.

Cela risque, au cas où ce serait une très bonne société, d’aller au-delà de 200 euros. Domicilier son entreprise est alors un bon choix lorsqu’on aimerait prospérer très vite.

Solution de stockage pour les professionnels

Le rangement des matériels, des meubles désuets et des archives peut devenir un véritable casse-tête au fil des années. Cela se traduit généralement par un encombrement des bureaux et des locaux. Fort heureusement, diverses solutions de stockage existent pour gérer ces situations aussi bien au niveau des sociétés que chez les auto-entrepreneurs. Découvrez-les.

Les box de stockage pour les professionnels

Également appelés garde-meubles, ils représentent des accessoires très pratiques pour une conservation idéale de vos biens. Amovibles, ils prennent souvent une forme rectangulaire.

  • Les caisses en bois restent très prisées pour le stockage des marchandises. Vous pouvez les ranger dans vos locaux ou les envoyer dans un magasin loué. Certains modèles disposent de grilles d’aération et d’un système sécurisé de fermeture. Vous les entreposez à votre convenance. Vous pouvez les restituer dès la fin de la consignation. Ces caisses en bois assurent généralement un parfait stockage de vos produits. Cela les préserve de toute avarie.
  • Les conteneurs représentent des boîtes plus ou moins grandes entièrement en métal. Vous pouvez y ranger des matériels, des meubles ainsi que des archives. Ventilés ou aérés, ils garantissent une conservation idéale de vos biens. Après leur location, le promoteur les livre au lieu indiqué. Vous pouvez les installer sur votre parking ou sur tout terrain vague situé à proximité de votre entreprise.

Peu importe leur dimension, ces solutions de stockage pour les pros garantissent une sécurité optimale aux sociétés. Ils disposent généralement d’un scellé pour la fermeture. La procédure de bail se révèle assez simple. Après la signature du contrat, le fournisseur vous les livre immédiatement. Vous pouvez mettre fin à la location à tout moment. Les prix restent à la portée de toutes les bourses.

Les entrepôts de stockage pour les pros

Ils désignent des magasins spécifiquement destinés au rangement des biens comme les archives, les matériels ou les meubles. Ventilés ou climatisés, ils assurent une conservation optimale des éléments concernés. Ces emplacements restent très prisés par les entreprises. Elles peuvent y louer des compartiments entiers pour leurs besoins en stockage. Vous pouvez y déposer vos documents administratifs. Cela limite considérablement les risques de perte de pièces importantes. Vous pouvez également y mettre des marchandises ainsi que des matériels et autres outillages liés au fonctionnement de votre entreprise. Nous vous recommandons de privilégier un magasin situé à proximité de vos locaux. Cela vous évitera de longs déplacements pour la récupération de vos biens. Vous pouvez aussi louer un entrepôt pour y mettre en sécurité vos caisses de marchandises ou vos conteneurs. La signature du contrat ne requiert aucune formalité particulière. Vous recevez les clés du magasin dès le règlement. Vous pouvez y accéder à tout moment pour y ranger vos biens ou pour les récupérer. Les promoteurs installent souvent des caméras dans leurs entrepôts. Ils peuvent aussi solliciter des vigiles pour sécuriser le site. Cela ne vous empêche nullement de souscrire à une assurance. Vous pourrez prétendre à un dédommagement en cas de cambriolage, de vol ou d’incendie.

Les racks de stockage pour les pros

Vous pouvez aussi louer des locaux équipés de supports spécifiques pour l’entreposage des produits lourds et très encombrants. Ces accessoires comportent généralement des longerons, des échelles, des plateformes, etc. Vous pouvez y ranger des marchandises comme les panneaux de bois, les agglomérés, les fardeaux, les poutres, les tôles, les tubes, etc. Ils intègrent des bobines et des tourets qui permettent de déployer facilement les câbles pour la manutention. La plupart des racks disposent de tablettes amovibles très rigides de différentes dimensions. Vous pourrez les monter et les retirer à votre convenance pour un rangement optimal. Vous pouvez louer ces locaux uniquement pendant la durée nécessaire. Cette solution se révèle très pratique pour régler les problèmes d’encombrement et d’espace insuffisant sans devoir investir des sommes colossales. La plupart des promoteurs proposent des tarifs très intéressants et à la portée des sociétés et des auto-entrepreneurs.

Quelques conseils pour choisir votre solution de stockage pour les pros

Vous devez absolument prendre en compte vos besoins. Optez pour des entrepôts situés à proximité de votre entreprise. Assurez-vous qu’ils conviennent parfaitement à la conservation de vos marchandises, de vos matériels, de vos meubles et de vos archives. Pour le stockage des objets lourds et très encombrants, privilégiez un magasin équipé racks. Cela vous simplifiera la vie. La manutention se révèlera bien plus facile. Les conteneurs représentent également des solutions de proximité assez pratiques. Vous pouvez y accéder à tout moment. Ils vous permettent de garder vos biens dans l’enceinte de votre entreprise. Prenez aussi en compte votre budget pour choisir votre bailleur. Généralement, les prix proposés restent à la portée de toutes les sociétés. Étudiez bien les offres disponibles pour profiter de la concurrence dans ce secteur. N’oubliez pas d’assurer les biens stockés en dehors de vos locaux.

Cartouches d’encre pour imprimante : comment les choisir ?

L’imprimante est un équipement de bureau indispensable à toute entreprise. C’est un appareil qui est sollicité tous les jours et qui ne peut fonctionner sans cartouche d’encre. Éviter la rupture est donc indispensable, surtout pour les grandes entreprises, mais selon le modèle de l’imprimante, tous les types de cartouches ou toner ne conviendront pas forcément. Il est également possible de faire des économies sur ses cartouches ! Pour vous faciliter la tâche, ci-après quelques conseils utiles.

Types de cartouches d’encre pour imprimante

Il existe différentes catégories de cartouche d’encre selon les types d’imprimantes, mais également plusieurs types de cartouches d’encre. Connaître et distinguer chacun d’eux est important, car toutes ne sont pas compatibles avec vos périphériques d’impression. On trouve la cartouche toner pour imprimante laser, celle à jet d’encre… et ces cartouches sont également classées en diverses catégories, comme les cartouches d’encre d’origine, les compatibles que l’on appelle également génériques, les cartouches d’encre remanufacturées et les kits de recharge.

Les cartouches d’encre d’origine

Elles sont conçues par les fabricants d’imprimantes eux-mêmes et sont garanties compatibles avec l’appareil. Elles font partie des plus vendues par les distributeurs, et on les trouve aussi chez les revendeurs comme www.mistercartouche.fr : ce sont les plus sollicitées dans l’Hexagone. Les cartouches d’encre d’origine sont généralement dédiées à une seule imprimante et elles ne peuvent être utilisées sur d’autres marques, voire d’autres modèles. Ces encres sont d’ailleurs plus résistantes aux rayons UV, et offrent une qualité d’impression parfaite.

cartouche imprimante

Les cartouches d’encre compatibles

Contrairement aux précédentes, celles-ci peuvent être employées sur d’autres marques d’imprimantes. La cartouche d’encre est compatible avec d’autres marques, car elle est conçue en fonction des produits déjà vendus sur le marché. Comparées aux cartouches d’encre d’origine, celles-ci sont moins chères. Ce ne sont pas des cartouches de marque constructeur : il n’y a donc pas de garantie liée. À noter néanmoins que cela ne signifie pas que ce sont de mauvais produits : en effet, il existe des cartouches d’encre compatibles de très bonne qualité.

Les cartouches d’encre remanufacturées

Il s’agit de cartouches qui ne sont plus utilisées, mais qui ont été recyclées ou reconditionnées pour être à nouveau fonctionnelles. Elles ont subi des cycles de nettoyage spécifique, puis ont été rechargées en encre. Elles ont ensuite été testées afin de vérifier leurs performances. À noter que ce type de cartouche peut être reconditionné jusqu’à trois fois. En favorisant ce type d’économie circulaire, vous faites le choix de la qualité, de l’économie, mais également de l’écologie !

Les kits de recharge

Ce sont des cartouches rechargeables. Lorsque le réservoir est vide, il suffit de le remplir d’encre.

Pour ce faire, il faut se procurer des kits de recharge, qui comprennent des bouteilles d’encre, un injecteur ainsi qu’un mode d’emploi. Les modèles sont conçus pour ne pas faire baver l’encre, éviter les bulles et recharger facilement vos cartouches et toners vides. Vous pouvez aussi choisir le type d’encre, pour vous lancer dans l’encre écologique par exemple.

Une technologie adaptée aux besoins

Est-ce que toutes les cartouches d’encre conviennent à toutes les imprimantes ? Non. Il faut tout d’abord bien se renseigner sur l’imprimante : de quelle marque s’agit-il ? Fait-elle partie des plus sollicitées sur le marché ? Est-ce que le modèle est récent ou au contraire, s’agit-il d’une référence déjà présente sur le marché depuis un certain moment ? Pour une imprimante assez récente, il est préférable d’opter pour les cartouches originelles. En effet, dans ce cas-ci, les cartouches d’encre d’origine sont les plus adaptées, car il se peut qu’aucune cartouche compatible ne convienne à ces modèles encore trop récents. Avec de l’original, vous êtes assuré de la qualité du produit.

Si vous êtes par exemple une entreprise qui effectue une quantité importante importante tous les jours, l’idéal serait d’opter pour de la technologie laser plutôt que jet d’encre. En effet, vous bénéficierez d’une qualité d’impression économique, rapide et bien supérieure. Le coût par page en sera d’autant plus réduit.

Outre ces deux critères, vous avez alors le choix entre la capacité standard et la haute capacité. Les cartouches d’origine sont généralement de haute capacité, ce qui veut dire une plus grande quantité d’encre à l’intérieur du réservoir. Le coût par page va ainsi différer entre un modèle standard et un modèle à haute capacité : une cartouche de haute capacité sera plus chère à l’achat, mais plus économique à l’impression. Si vous avez un haut débit d’impression, vous courez également moins le risque de voir sécher l’encre dans le réservoir. Enfin, les plus petits réservoirs seront adaptés aux entreprises et aux particuliers qui n’ont généralement pas besoin de réaliser un volume important d’impressions. achat cartouche imprimante

Où acheter ses cartouches pour imprimante ?

Vous trouverez tous les types de cartouches dont vous avez besoin sur internet, mais il faut choisir le bon fournisseur. Effectuer une comparaison de prix est conseillé car les revendeurs sont très nombreux, et la grande variété des sites proposant des packs de cartouches d’encre pour imprimante multiplie la difficulté pour trouver le meilleur prix. Il est possible de commander une référence en gros afin de disposer d’un stock confortable, et ainsi éviter les ruptures. Il peut être plus prudent de le faire sur des articles avec lesquels on est déjà certain de la bonne compatibilité : se risquer sur une nouvelle référence directement commandée en quantité risque de vous poser des problèmes si elle s’avérait finalement problématique avec vos imprimantes.

Faites toutefois attention aux prix trop bas, car ils peuvent signifier une cartouche de mauvaise qualité, une encre de basse qualité ou encore du matériel défectueux. Pour éviter les soucis techniques, dirigez-vous vers les revendeurs officiels des marques ou les fabricants eux-mêmes.

En cas de besoin, on en trouve dans les magasins physiques et dans certaines grandes surfaces. Celles-ci ont décidé de consacrer un rayon à ce genre d’équipement, ce qui peut être utile quand le service achats est débordé ou qu’un besoin urgent vous a fait vider vos réserves.

Comment choisir un firewall pour protéger son entreprise ?

Aujourd’hui, toute entreprise se doit de posséder un accès internet, source fabuleuse d’informations. Cela permet une ouverture vers l’extérieur, à la fois incontournable et dangereuse !

En effet, par le biais de cette connexion à internet, bon nombre d’attaques malveillantes peuvent mettre en danger votre entreprise. Il peut s’agir de vols d’informations industrielles confidentielles ou plus personnelles, ou bien encore de données bancaires ou de mots de passe. Pour faire face à ce genre d’attaques, munissez-vous d’un pare-feu !

Pourquoi opter pour un pare-feu ?

Pour sécuriser les données relatives à votre entreprise, il est donc indispensable de sécuriser votre réseau local en filtrant les connexions entrantes et sortantes : c’est le rôle d’un pare-feu, appelé aussi firewall.

Voici quelques explications sur son fonctionnement et ses utilités, qui vous feront comprendre la nécessité de l’installation d’un pare-feu !

Les différents types de firewall

Les firewall bridge

Très répandus, ils sont peu coûteux et totalement indétectables. Ils agissent comme des câbles réseau, avec un rôle de filtrage. Toutefois, leurs fonctionnalités sont basiques et il est toujours possible de les contourner.

pare-feu

Les firewall matériels

Peu vulnérables aux attaques, ce sont les plus efficaces pour une entreprise. Leur niveau de sécurité est très bon, ils sont déjà intégrés au matériel et possèdent au minimum deux interfaces réseau. Mais de fait, cela vous rend dépendant du constructeur pour les mises à jour.

Les firewall logiciels

Utilisés par les familles pour leur usage privé, leur utilisation est simple et ils sont personnalisables assez facilement. Ils sont toutefois parfois très peu sécurisés et contraignants.

Les avantages d’un firewall en entreprise

Vous estimez peut-être que votre société n’est pas une cible potentielle ? Notez que les attaques sont souvent lancées au hasard et peuvent générer d’énormes dégâts au sein d’une entreprise, en détruisant des données essentielles ou en volant des informations confidentielles !

Vous possédez déjà un antivirus que vous jugez suffisant ? Bien souvent ce n’est pas le cas, car il ne vous protège que des menaces entrantes. Mais de nombreuses données sortantes telles que des mails avec vos coordonnées bancaires par exemple peuvent être détournées.

Vous avez déjà un firewall en place dont vous êtes satisfait ? Vérifiez toutefois qu’il ne soit pas devenu obsolète, afin d’optimiser la sécurité de votre entreprise !

Vous comprenez maintenant l’ampleur des risques encourus et l’importance d’installer un pare-feu !

Quel est le rôle du pare-feu ?

Il va agir à plusieurs niveaux :

  • protéger le réseau de virus de toute sorte ;
  • contrer des attaques type “cheval de Troie” ;
  • empêcher le vol d’informations sensibles ;
  • protéger les serveurs internet contre la suppression de fichiers vitaux.

En conclusion

L’importance de la mise en place d’un firewall pour protéger votre entreprise est donc démontrée ! Il faut toutefois se rappeler que cet outil utilisé pour vous sécuriser n’est pas infaillible. Son installation doit donc se faire dans le cadre d’une politique de sécurité globale.

Il faut sans cesse surveiller son journal d’activité pour déceler au plus vite des anomalies éventuelles ou des tentatives d’attaque. Il est également recommandé d’effectuer une veille de sécurité en fonction des alertes.

Comment créer une entreprise en ligne ?

Vous avez décidé de vous mettre à votre propre compte ? Le moment est peut-être venu pour vous de penser à créer votre propre société. Toutefois, ce n’est pas forcément gagné d’avance avec les innombrables formalités à remplir, et c’est davantage plus difficile lorsque vous vous y prenez pour la première fois. La création en ligne d’une entreprise est peut-être alors la solution qu’il vous faut. Comment s’y prendre ? Réponses ici.

Création de son entreprise en ligne, quel rôle pour les legaltechs ?

Deux solutions s’offrent généralement à vous lorsque vous décidez de créer votre entreprise en ligne. Soit vous vous chargez des formalités vous-même, soit vous sollicitez un prestataire en ligne pour le faire. Plusieurs prestataires sont justement de nos jours disponibles pour faciliter la création d’une entreprise en ligne. C’est le cas des legaltechs. Elle peut être vue comme une plateforme de formalités juridiques en ligne.

Des prestations juridiques en ligne

Elles ont vu le jour aux États-Unis. Elles, ce sont les start-ups qui proposent des services dans le domaine juridique en ligne. Les legaltechs sont des plateformes qui automatisent certaines tâches comme la modification ou la rédaction d’un contrat.

Sur ces plateformes, les utilisateurs peuvent télécharger des formulaires ou d’autres documents juridiques et administratifs. Certaines legaltechs se diversifient même et embrassent d’autres domaines comme la fiscalité.

Des avocats pour plus de présence sur le net

Les legaltechs travaillent en collaboration avec plusieurs avocats. Ces derniers leur donnent en effet plus de crédibilité. Travailler avec une legaltech s’avère également être bien plus avantageux pour un avocat que travailler seul.

Les start-ups ont la technologie qui facilite le recours en ligne aux spécialistes de droit. Certaines plateformes permettent même de faire des consultations en ligne, et ce ne sont pas les avocats qui vont s’en plaindre. Le gain de temps est le premier atout de ces legaltechs.

En quelques minutes, vous avez des réponses à vos préoccupations même quand elles nécessitent l’expertise d’un homme de droit. Les accompagnements de ces prestataires en ligne sont généralement sérieux et sont plutôt à des tarifs abordables.

Des legaltechs pour quels services ?

Ces prestataires en ligne vous proposent :

  • De vous aider à suivre la vie de votre entreprise. Ils font la prévision de vos entretiens par an, vous aident à redéfinir vos objectifs ou à tenir votre agenda ;
  • De s’occuper de la relecture de vos documents administratifs et juridiques. Vous pouvez solliciter ensuite leur correction en cas de besoin ;
  • De vérifier la viabilité de votre projet ainsi que la rentabilité de votre entreprise à travers une étude de marché ;
  • De gérer la publication des annonces légales au cours des différentes modifications liées à votre entreprise ;
  • De procéder à la rédaction des statuts de votre entreprise ;
  • De faire les démarches de création d’une nouvelle entreprise ;
  • D’effectuer les négociations de contrat avec les banques ou encore les assurances ;
  • De procéder à l’exécution de plusieurs tâches comptables, bancaires et juridiques.

Les legaltechs ne se substituent pas aux huissiers, notaires ou avocats. Elles offrent des services qui complètent ceux de ces spécialistes du droit.

Comment s’y prendre pour créer son entreprise en ligne ?

La dématérialisation gagne beaucoup de secteurs, et la création d’entreprises n’y échappe pas. Il faut toutefois suivre certaines étapes pour arriver à bon port.

La rédaction des statuts

Une entreprise ne peut voir le jour sans ses statuts. Cette étape primordiale peut être faite en sollicitant l’assistance d’une legaltech. Plus que vous, elle pourra faire la part des choses par exemple entre un statut d’une SAS et celui d’une SA.

L’ouverture d’un compte bancaire et le dépôt des apports

Une entreprise doit avoir un compte bancaire. Le capital social de la nouvelle société y est en effet déposé. Plusieurs banques offrent des prestations en ligne. Même si cela peut retarder l’obtention du certificat de dépôt de fonds, cela vous dispense d’innombrables allers et retours dans les locaux d’une banque. Hormis les apports en numéraire, certains apports en nature peuvent également se faire en ligne.

Les apports en nature que sont les actions d’autres entreprises peuvent en effet être donnés en ligne. Vous aurez néanmoins à faire certaines formalités de transferts de propriété physiquement. C’est le cas de l’évaluation des apports en nature. Pour ce qui est des apports en industrie, il s’agit d’un apport d’intellect. Ce type d’apport ne vient toutefois pas en augmentation du capital social.

L’annonce légale

Il s’agit d’éditer et de faire la publication d’une annonce légale qui communique sur le siège social, l’adresse, l’objet social, le capital, l’identité et l’adresse du gérant. Sans cela, la société ne peut pas voir le jour. Vous pouvez le faire en remplissant des formulaires sur les plateformes dédiées ou le confier à un prestataire en ligne.

L’immatriculation de la société

L’immatriculation de l’entreprise est la dernière étape de la création. Il vous suffira de remplir les formulaires concernés et de mettre en pièces jointes les justifications adéquates. Toutefois, si vous confiez la création de votre entreprise à un prestataire en ligne, vous n’aurez pas à vous donner tout ce mal. Il s’en chargera.

En effet, il est possible de confier la majorité sinon la totalité de ces formalités de création de votre entreprise à un prestataire en ligne. Il vous suffira de lui fournir les documents nécessaires pour leur accomplissement.

Des plateformes en ligne pour vous simplifier la création de votre entreprise

En définitive, il existe aujourd’hui de nombreuses plateformes sur internet qui sont à votre service pour la création de votre entreprise en ligne. Cela peut aller de la rédaction des statuts à l’obtention de l’extrait K-Bis. Ces legaltechs qui ont la latitude de facturer librement peuvent même vous proposer des packs de services à des prix intéressants. Toutefois, avant de céder à cette tentation, il faut vous assurer de la crédibilité de l’entité.

Nous vous recommandons d’avoir une préférence pour les prestataires qui travaillent avec des hommes de droit. Parcourez ensuite les sites de ces prestataires ou les comparatifs de leurs services dans les moindres détails à la recherche d’avis d’anciens clients. La « vie » de votre nouvelle entreprise en dépend.

Comment améliorer sa position sur Google en 2020 ?

Briller sur le web et apparaître en première position sur Google. Tous les acteurs du e-commerce en rêvent ! Pour l’heure, le référencement naturel ou SEO reste la meilleure stratégie qui soit. Contrairement à ce que vous pensez, cela ne consiste pas tout simplement à intégrer des mots-clés de part et d’autre du texte. Il faut aussi créer un contenu pertinent et de qualité, configurer les balises HTML, optimiser sa stratégie de netlinking et on en passe. Nous vous présentons des conseils de professionnels pour vous aider à améliorer votre position sur Google.

Le référencement naturel, un levier incontournable

Si l’on accorde autant d’importance au référencement naturel ou SEO, c’est parce qu’il génère un trafic des plus considérables. Qui dit génération de trafic, dit augmentation du nombre de visites, du taux de conversion et du chiffre d’affaires. En tant que discipline, le SEO est en perpétuelle évolution. L’époque où seuls les mots-clés avaient de l’importance est déjà bien loin !

En effet, aujourd’hui, si vous voulez améliorer votre position sur Google, vous devez entre autres accorder une attention particulière aux balises HTML. La balise title surtout se révèle fondamentale, car c’est le premier élément repris par les moteurs de recherche. Elle sert de référence, si vous le souhaitez, pour afficher les résultats. Il vous est parfaitement possible d’optimiser votre balise title afin, non seulement d’apparaître à la première page de Google, mais aussi d’obtenir un maximum de clics.

balise title

La pertinence du contenu, un élément à ne surtout pas négliger

Les algorithmes de Google ne cessent d’évoluer. Très récemment, ils ont fait l’objet d’une mise à jour majeure qui promeut les techniques d’intelligence artificielle. Sans entrer dans les détails, nous concluons que pour gagner la position 0 ou 1 sur Google, il faut créer un contenu adapté à chaque cible. Là encore, la balise title entre en jeu. Elle doit être attractive d’un point de vue sémantique afin d’apparaître sur un grand nombre de requêtes.

Vous devez aussi créer un contenu de qualité et optimisé SEO. Vous avez alors le choix entre recourir aux services d’un professionnel et utiliser des plateformes d’optimisation de contenu.

Offrir une meilleure expérience aux utilisateurs

Certes, le référencement naturel et le contenu sont des éléments essentiels pour améliorer son positionnement sur Google ainsi que les autres moteurs de recherche. Mais pas que ! Il faut aussi mettre en œuvre tous les moyens nécessaires afin d’offrir aux internautes une meilleure expérience d’utilisation et de navigation. Pour ce faire, vous devez faire en sorte que l’architecture de votre site web soit finement pensée.

Cela inclut aussi bien la structure en général que les arborescences. Analysez également le temps de chargement de chaque page. Si cela prend du temps, soit plus de quelques secondes, des changements s’imposent.

Autre astuce : faites en sorte que votre site web et vos pages soient accessibles via tous les supports. Il ne faut pas oublier que de plus en plus de personnes utilisent leurs smartphones et leurs tablettes pour surfer sur Internet.

Médecin libéral : les démarches à mener pour s’installer

S’installer en libéral n’est pas chose aisée. Pour un médecin en particulier, il faut d’abord surmonter un certain nombre d’obstacles : trouver un lieu adapté à l’exercice de l’activité, trouver un immeuble où vous serez accepté par la copropriété de l’immeuble. Ensuite, place à la question de la visibilité, du financement, etc. Dans cet article, nous partageons avec vous les différentes démarches à mener et les aides à l’installation dont vous pouvez bénéficier pour exercer en tant que médecin libéral.

Choisissez votre lieu d’installation

Le choix de l’emplacement de votre cabinet est une question majeure. Pour aller vite, consultez la cartographie de la démographie médicale réalisée par le Conseil National de l’Ordre des médecins et l’Atlas de la démographie médicale. Ces documents vous donneront un aperçu plus ou moins précis des emplacements que vous pourriez choisir.

Si vous avez déjà sélectionné une région particulière, n’hésitez pas à vous rapprocher de la Plateforme d’Appui aux Professionnels de la Santé (PAPS) de cette région pour savoir où vous pouvez vous installer précisément. Et pour ceux qui choisiront de s’installer dans les zones sous-denses, les « déserts médicaux », vous aurez la possibilité de bénéficier d’aides à l’installation.

Quoi qu’il en soit, après votre installation, il faudra faire en sorte de vous faire connaître. Et puisque la loi vous interdit le recours à la publicité, l’unique option envisageable est de commander une plaque professionnelle. Nous abordons cette question dans la suite de cet article.

Commander une plaque professionnelle

Si en tant que médecin libéral, vous n’avez pas la possibilité de faire de la publicité autour de votre activité, vous pouvez quand même faire poser au moins deux plaques professionnelles, la première à l’entrée de l’immeuble qui abrite votre cabinet et la seconde à la porte du cabinet.

Au cas où votre cabinet se trouve dans un lieu tel qu’il est difficilement visible, et s’il n’est pas le seul qu’abrite l’immeuble, vous pouvez aussi faire installer une plaque professionnelle supplémentaire. Des prestataires comme www.gravure-plaque.com pourront vous aider à choisir et concevoir un type de plaque adapté à chaque lieu de pose.

Vous ferez votre commande en ligne, en définissant un format, le texte que vous comptez y faire graver et les couleurs. Mais ces détails sont généralement encadrés par une réglementation.

Quelles indications mettre sur une plaque professionnelle ?

En tant que médecin libéral, votre plaque ne doit comporter qu’un nombre restreint d’informations. Il s’agit de :

  • Votre identité à l’état civil ;
  • Vos contacts téléphoniques ;
  • Vos diplômes et qualifications reconnus par le CNOM et le Ministère des Solidarités et de la Santé ;
  • Votre situation vis-à-vis de l’assurance maladie ;
  • Vos horaires de consultation.

Quel format, quelle matière et quelle couleur ?

Le code de la santé n’a pas fixé un format unique pour la plaque professionnelle des médecins libéraux. Vous aurez le choix des dimensions, pour peu que vous restiez en dessous de la limite maximale qui est de 30 x 25 cm. Toutefois, le format le plus courant chez les médecins est le format 30 x 20 cm.

En ce qui concerne la couleur et la matière, vous avez carte blanche. S’il est vrai que les matières les plus utilisées sont l’aluminium, le plexiglas et le laiton, ce dernier est davantage privilégié dans le secteur.

Le laiton est en effet un métal composé de zinc et de cuivre, parfaitement solide, qui s’use difficilement, très résistant à la corrosion et donc utilisable en extérieur. Sa couleur dorée et sa brillance permettent une excellente visibilité et une lisibilité parfaite, surtout si vous optez pour une gravure noire.

Si vous n’êtes pas convaincu, vous pouvez opter pour le plexiglas, l’aluminium étant peu recommandé pour un médecin libéral. En plus d’être très abordable, le plexiglas résiste efficacement aux rayons ultraviolets et convient bien aux usages en extérieur.

Médecin libéral : les démarches à mener pour s’installer

L’installation de la plaque professionnelle

En dehors des normes émises par l’Ordre des Médecins, renseignez-vous sur les éventuelles dispositions du service d’urbanisme de votre région relatives au lieu et au type de pose des plaques professionnelles. Parfois, lorsque l’immeuble (et donc ses murs) ne vous appartient pas, vous devrez aussi vous plier aux exigences de la copropriété.

Si la pose de la plaque professionnelle n’est pas une obligation, c’est la seule « stratégie publicitaire » à votre disposition. Il faut donc que ce soit des professionnels avérés qui s’occupent de la conception et de la gravure de votre plaque. Mais avant la pose, assurez-vous d’avoir inscrit votre nom au Tableau de l’Ordre des médecins.

Inscrivez-vous au Tableau de l’Ordre

L’inscription au Tableau de l’Ordre des médecins doit précéder votre installation. Après avoir choisi l’emplacement et lancé la conception de votre plaque, rapprochez-vous du Conseil Départemental de l’Ordre pour obtenir la liste des pièces nécessaires à la constitution du dossier de demande d’inscription.

L’inscription faite, vous recevrez une attestation qui porte, entre autres, votre numéro RPPS (Répertoire Partagé des Professionnels de Santé) ainsi que votre ou vos lieux d’exercice.

Vous recevrez également votre carte CPS, une carte d’identité professionnelle électronique sur laquelle sont enregistrées toutes vos données d’identification et d’authentification.

Ensuite, vous devrez vous inscrire auprès de l’assurance maladie.

Inscrivez-vous auprès de l’Assurance Maladie

Après l’obtention de votre numéro RPPS et de votre carte CPS, il vous faut déposer un dossier en ligne auprès de l’assurance maladie pour faire enregistrer votre activité.

L’avantage avec cette assurance est qu’elle offre à vos patients, en cas de nécessité, le remboursement en partie ou en totalité des honoraires, à condition que vous respectiez les dispositions de la convention.

Immatriculez-vous auprès des organismes sociaux

Au plus tard 8 jours après le démarrage de votre activité, vous devez faire une déclaration auprès de l’URSSAF.

Il vous faudra aussi adhérer à la CARMF, et ceci dans les 30 premiers jours qui suivent le démarrage de vos activités. Au passage, l’adhésion à la CARMF est une obligation pour tous les médecins, y compris ceux qui exercent à temps partiel et qui ont peut-être une activité salariée.

Et pour finir, n’oubliez pas de vous faire immatriculer à la Caisse d’Allocations Familiales.

Souscrivez une une assurance de responsabilité civile professionnelle

L’assurance maladie n’est pas la seule assurance à laquelle vous devez souscrire.

Etant un professionnel libéral exerçant dans le secteur de la santé, vous devez aussi faire couvrir les éventuels dommages qui pourraient survenir dans l’exercice de votre activité par une assurance de responsabilité civile professionnelle. Cette étape achevée, tout est prêt.

Voilà donc à peu près les différentes démarches à mener pour vous installer en tant que médecin libéral.

Les différences entre auto-entrepreneur et micro-entrepreneur

La micro-entreprise et l’auto-entreprise sont 2 notions qui portent souvent à confusion. Quel nom doit-on utiliser lorsqu’on a l’intention de créer sa propre société ? Tout dépendra de votre activité. Nous avons préparé cet article pour vous aider à faire la différence entre ces 2 termes juridiques.

Bon à savoir

Il a été décrété par la loi Pinel que tout entrepreneur possédant un statut depuis 2016 est automatiquement soumis au régime micro-social. Ceux ayant débuté leur activité avant janvier 2016 ne pourront basculer vers ce régime qu’à partir du 31 décembre 2019. À l’heure actuelle, un auto-entrepreneur est connu sous le nom de micro-entrepreneur.

La micro-entreprise, en quoi consiste-t-elle ?

Ce terme reflète une entreprise individuelle qui a pour avantage de disposer d’un régime fiscal simplifié. En effet, de dernier a été allégé afin de rendre facile les obligations sociales et fiscales des entrepreneurs exerçants seuls et qui désirent se consacrer entièrement à leurs activités professionnelles.

Néanmoins, ce statut ne dispense pas l’acteur des impôts sur le revenu ainsi que le paiement des cotisations sociales en fonction du chiffre d’affaires. Le montant de ceux-ci est comptabilisé sur la base du bénéfice suivant un calcul forfaitaire sans prendre en compte les charges réelles. De plus, le micro-entrepreneur aura l’opportunité de choisir l’option EIRL ou Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée. C’est une solution qui évite à la banque de saisir les biens en cas de soucis financiers.

micro entreprise

La différence entre micro-entrepreneur et auto-entrepreneur

Beaucoup de travailleurs se demandent sur les différences entre les deux statuts. Le statut d’auto-entrepreneur est une forme juridique simplifiée du statut de micro-entrepreneur qui lui-même est simplifié par rapport au statut de l’entreprise individuelle classique. Si vous avez décidé de vous lancer en tant qu’auto-entrepreneur, sachez que vous allez intégrer le régime de la micro-entreprise tout en profitant de tous les bénéfices micro-sociaux. Ces derniers vous faciliteront les paiements de vos cotisations sociales selon vos choix (mensuel ou trimestriel). Aussi, le montant à payer relèvera de votre chiffre d’affaires ainsi que du taux de cotisation en relation avec votre activité. Dans ce cas, si vous n’avez aucun chiffre d’affaires, vous n’avez nul besoin de payer les cotisations sociales.

En outre, lorsque vous avez choisi de devenir auto-entrepreneur, à vous d’opter pour le système d’adhésion qui vous convient (opter ou non pour le versement fiscal libératoire). C’est une alternative uniquement dédiée aux individus dont le revenu fiscal est faible. Elle permet de régulariser l’impôt progressivement sur le revenu jusqu’à ce qu’un chiffre d’affaires soit constitué.

Les inconvénients communs aux 2 régimes ?

Peu importe votre choix, que ce soit pour l’auto-entreprise ou la micro-entreprise, il est important de savoir que votre chiffre d’affaires ne doit pas excéder le plafond annuel convenu. Si tel est le cas, vous serez obligé de basculer vers le régime de l’entreprise individuelle. Le plafond en question est fixé à 70 000 euros ou à 170 000 euros en fonction de votre activité. Aussi, retenez bien ceci. Les 2 statuts ne pourront pas vous permettre d’obtenir la TVA sur vos éventuels achats professionnels. Donc, veillez à bien réfléchir sur le régime à adopter avant de lancer votre projet.

Comment se caractérise la micro-entreprise en 2019 ?

Vu les avantages qu’il avance, le statut de micro-entrepreneur est destiné aux personnes souhaitant lancer une petite activité. Pour y être titulaire, la société devrait demander des numéros d’immatriculation auprès de la RDC pour les activités commerciales, du RM pour les artisans et de l’URSSAF pour les prestations de service. Néanmoins, il existe des entreprises qui ne pourront jamais bénéficier du régime micro-entreprise telles que les enseignes immobilières, les sociétés à but non lucratif et l’auto-entrepreneur spécialisé dans la vente de biens immobiliers.

Et lorsque le chiffre d’affaires a dépassé le seuil recommandé ?

Au moment où le seuil règlement du CA est dépassé, compte tenu du développement des activités, 2 situations peuvent se présenter. Soit la structure préserve son statut soit elle le perd. Toutefois, le régime sera valable durant 2 années consécutives après l’année de dépassement. Il est cependant recommandé de veiller à ce que le chiffre d’affaires soit un peu inférieur au seuil recommandé :

  • 89 500 euros pour les auto-entrepreneurs exerçant des activités de vente.
  • 34 600 euros pour les auto-entrepreneurs exerçant des prestations de service.

Dans le cas où vous dépassez ces chiffres-là, vous ne pourrez plus bénéficier du régime micro-social sur le paiement de la TVA. À compter du 1er janvier de l’année de dépassement, vous allez basculer sous le régime réel d’imposition.

Les impôts sur les bénéfices

Pour ce qui est de l’imposition des bénéfices, vous pourrez choisir entre 2 options : versement fiscal libératoire et régime classique. La dernière alternative permet aux micro-entrepreneurs un règlement simplifié de leur impôt. Celui-ci est déduit sur le revenu chaque mois ou chaque trimestre. Et bien sûr, pour en bénéficier, il faudra choisir le régime micro-social.

Par contre, si vous avez choisi le régime classique, l’imposition est comptabilisée sur les bénéfices après un abattement sur les recettes brutes de l’auto-entrepreneur ou le micro-entrepreneur. L’impôt va donc varier selon votre activité. Voilà comment l’abattement est calculé :

  • 71 % pour les sociétés commerçantes.
  • 50 % pour les prestataires de service
  • 34 % pour les structures titulaires de BNC.

L’importance du SIRET ou SIREN pour un auto-entrepreneur et micro-entrepreneur

Que vous soyez un auto-entrepreneur ou un micro-entrepreneur, il est important de vous munir d’un SIREN ou d’un SIRET. Même si vous êtes non immatriculé au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés) ou RM (Répertoires des Métiers), la société fondée par le régime auto-entreprise ou micro-entreprise doit posséder un numéro de SIREN. Celui-ci est constitué de 9 chiffres et est employé en guise d’identité de la société. C’est une identification que tout auto-entrepreneur et micro-entrepreneur détiendra durant la vie de l’entreprise. Il est à noter que depuis fin 2014, les auto-entrepreneurs et les micro-entrepreneurs exerçant des activités artisanales ou commerciales doivent impérativement obtenir une immatriculation au RCS-RM.